Travail à domicile : Comment gérer les enfants ?
Publié le samedi 15 mars 2014 par Celine Lieffroy | 2 commentaires
Classé dans : Témoignages - Motivation - Travailler à domicile - Espace de travail -

On parle souvent du travail à domicile comme d’un moyen de mieux concilier travail et vie familiale, pourtant il paraît également difficile de travailler avec des enfants à la maison dont il faut s’occuper tout en assurant le bon déroulement de ses missions en tant que télésecrétaire.

Voici quelques témoignages de télésecrétaires quant à la gestion des enfants quand on travaille à domicile.

- Véronique -

Véronique CASTAYBERT a 38 ans et habite en Savoie, près de Chambéry.

Elle a créé ScriWeb en 2009 suite à un licenciement, puis a repris son activité de télésecrétaire en 2013 après une pause « salariat ».

Spécialisée en retranscription audio et vidéo, elle travaille essentiellement à domicile, et intervient également au sein des entreprises de sa région comme formatrice en bureautique.

Divorcée, Véronique élève ses deux enfants (11 et 13 ans) en garde alternée (une semaine sur deux).

Ses enfants sont autonomes et se rendent seuls au collège.
En revanche, Véronique va chercher l’un d’entre eux le midi pour le déjeuner, ce qui limite également les frais de cantine.

Elle organise son temps de travail sur les horaires de cours et prend ses RDV en fonction de l’emploi du temps de ses enfants. En cas de mission extérieure, ils sont pris en charge par leur père.

Au retour de l’école, Véronique peut encore travailler environ une heure, « temps maximal possible pour ne pas être interrompue  ».

Son bureau donne sur le séjour, ce qui lui permet d’avoir un œil sur les enfants, mais ne l’isole pas des bruits alentour.

Les vacances scolaires sont également partagées entre les parents. Pendant sa semaine, Véronique fait le choix de ne travailler qu’à temps partiel pour lui permettre de profiter un peu de ses enfants.
En cas de surcharge de travail, elle a toujours la possibilité de les confier à des amis également parents d’élèves.

D’une manière générale, Véronique trouve la gestion des enfants plus facile que lorsqu’elle était salariée :

« En tant que salariée, lorsqu’un enfant est malade, je devais demander des autorisations d’absence qui ne sont pas forcément bien vues. J’avais l’impression d’être une petite fille devant demander quelque chose à un de ses parents en stressant d’avoir une réponse négative. »

Pour elle, trois points sont importants pour parvenir à un meilleur équilibre entre travail et vie familiale :

« 1 – Il faut expliquer et prévenir l’entourage pour qu’ils ne nous dérangent pas sous prétexte que nous sommes présents.
2 – Il est primordial d’avoir un espace de travail. Les enfants savent que lorsque je m’installe à mon bureau, je travaille (bon d’accord, presque tout le temps...)
3 – Il faut prévenir les enfants des sessions de travail : pour l’organisation avec les enfants en vacances, j’ai opté pour un calendrier visible par tous (un grand tableau blanc) sur lequel je note le nombre d’heures de travail dont j’ai besoin. Ils ne sont donc pas pris de court et savent que je leur demanderai du temps calme pour travailler.
 »

- Stéphanie -

Stéphanie ANGLADE a 39 ans et habite près de Toulouse.

Elle a créé Atout Bureau Services en octobre 2010, et propose essentiellement des prestations de rédactionnel (transcription audio, rédaction de compte rendu CE, CHSCT…), ainsi que des interventions d’assistance administrative sur site, chez ses clients ou en télétravail.

« Cela faisait plusieurs années que j’en avais l’idée, mais j’avais un poste salarié d’assistante de direction qui me satisfaisait. J’ai eu mon deuxième enfant et une grossesse que mes conditions de travail ont contribuée à rendre très difficile. Cela m’a valu deux mois d’hospitalisation et, à la naissance de mon fils, une forte envie de changer de cap. »

Mariée, Stéphanie est maman de deux enfants de 10 et 5 ans, tous les deux étant scolarisés.

« Le mercredi, ils n’ont pas école, mais des activités. J’organise ma journée sur des travaux moins compliqués, de manière à être un peu plus disponible pour eux. Pendant les vacances scolaires, ils sont gardés par les grands-parents et par mon mari, car il a toujours une semaine de vacances à ces moments-là. Lui aussi est chef d’entreprise, mais c’est plus souple en matière d’organisation puisqu’il a un associé. Pour les grandes vacances, je m’organise avec les grands-parents au moins sur un mois. Ensuite, ils sont avec moi, mais avec un planning plus allégé afin de faire des activités. En général, je prends 15 jours de congé en août. »

Le midi, les enfants mangent désormais à la cantine, ce qui a permis à Stéphanie de gagner en productivité pendant la journée.

« Je tenais à récupérer mes enfants tous les jours pour le repas de midi quand je travaillais à la maison. Cela me valait de travailler le soir et souvent le samedi pour rattraper cette coupure de quasiment deux heures. Nous avons donc décidé, avec mon mari, de les mettre à la cantine tous les jours, ce qui est bien mieux pour tout le monde. Je suis plus concentrée, car j’ai moins de coupures et de ce fait, plus productive et moins fatiguée. Cela me permet de me retrouver avec mon mari, au moment où les enfants sont couchés. »

Cette nouvelle organisation permet également de mieux protéger sa vie familiale.

« L’organisation de notre vie professionnelle demande beaucoup de vigilance, car très souvent, cela vient empiéter sur la vie de famille sans qu’on s’en rende compte. C’est la séparation d’un couple d’amis qui m’a amené à me pencher sur ce qui n’allait pas dans mon organisation et à la modifier en conséquence. »

Stéphanie dispose d’un bureau dédié à mon activité dans une pièce à part.

Ses conseils :

« Imposer ses règles et faire comprendre à tout le monde (famille, amis, clients) qu’il y a des horaires à respecter. Cependant, il ne faut pas se leurrer : gérer son entreprise demande de l’énergie et du temps et cela impacte nécessairement la vie personnelle. Prendre 15 jours de vacances ne veut pas dire ne plus consulter ses mails ou son courrier pendant 15 jours. La vie professionnelle et personnelle sont intimement liées, mais je crois qu’il ne faut pas le voir comme une dichotomie, car elles s’apportent mutuellement. Il faut juste savoir trouver les limites et le bon équilibre et être vigilant à ne pas se laisser envahir. »

- Ana -

Ana DE LIMA a 44 ans et habite à Senlis dans l’Oise.

Elle envisage de se lancer comme secrétaire indépendante et souhaite travailler depuis son domicile pour proposer des prestations de secrétariat à distance (gestion administrative et commerciale, ressources humaines, organisation d’évènements).

Elle a déjà eu l’occasion à deux reprises de pratiquer le télétravail avec son employeur :

  • la première fois, en alternant domicile et bureau 3 fois par semaine pendant un an et demi,
  • la seconde fois, uniquement depuis son domicile, avec un ou deux déplacements mensuels pendant 4 mois.

« Ces deux expériences m’ont permis de réaliser que ce mode de fonctionnement était celui qui me convenait le mieux tant dans ma façon de travailler que celle de gérer ma vie privée. »

Ana vit maritalement et s’occupe de ses deux enfants de 13 et 3,5 ans.

Ses enfants sont donc scolarisés : son fils est inscrit au collège et sa fille en maternelle.

Le plus grand étant autonome rentre seul à la maison après les cours, tandis que la petite reste au périscolaire jusqu’à 17 h 30.

Pendant les congés, Ana s’appuie sur le service jeunesse et le centre de loisirs, ainsi que sur la famille quand cela est nécessaire.

Son bureau est installé dans un coin du salon.

Ses conseils :

« Être super organisé(e), méthodique et rigoureuse(x).
Bien distinguer dans son esprit les "plages horaires" professionnelles et celles qui concernent la vie privée, comme dans une situation classique de salarié(e)
. »

- Tiphaine -

Tiphaine GUILLON a 34 ans et vit en Loire-Atlantique.

Elle s’est lancée comme secrétaire indépendante en juin 2013, et propose de la gestion administrative et commerciale, ainsi que de la permanence téléphonique, depuis son domicile.

« L’envie d’entreprendre, le défi que cela représente ont été mes principales motivations. J’ai voulu prouver que j’étais capable de réussir à créer mon entreprise tout en conservant des conditions favorables à ma vie de famille. »

Mariée, Tiphaine a 3 enfants de 12, 6 et presque 3 ans.

Les deux premiers vont à l’école et restent à la cantine le midi. La petite dernière va chez une assistante maternelle en attendant d’aller à l’école dès l’année prochaine.

Les parents ont fait le choix d’un établissement qui a l’avantage de regrouper maternelle, primaire et collège pour faciliter les déplacements.

« Le plus compliqué va être de gérer le nouveau rythme scolaire qui les obligera à aller à la garderie et sans doute à prendre le car. »

Ses horaires de travail étant importants, Tiphaine a fait le choix de ne plus aller chercher ses enfants à l’école et de ne plus gérer les RDV en semaine. C’est désormais son mari qui s’en occupe.

« Il m’a fallu faire cette concession qui n’est pas un choix facile en tant que maman. Mais cela était indispensable pour débuter.
Mais le plus dur est de gérer les pleurs de ma petite ou les disputes entre frère et sœurs alors que je travaille. Je voudrais pouvoir les consoler ou intervenir alors que ce n’est pas possible. C’est parfois culpabilisant pourtant je sais que mon mari gère très bien.
 »

Durant les vacances scolaires, les enfants sont confiés à leurs grands-parents.

Cette organisation a été réfléchie en famille avant le lancement de son activité en tant que secrétaire indépendante.

« Avant de commencer, j’ai d’abord pris le temps d’en discuter avec mon mari, car il me semblait essentiel qu’il me suive sur ce projet, que cela corresponde à notre vie de famille et qu’il soit conscient et d’accord avec les modifications que cela allait apporter à notre quotidien. »

Il a fallu faire comprendre aux proches que bien qu’elle soit à domicile, Tiphaine n’était pas disponible.

« Les enfants l’ont plutôt bien compris, les adultes ont mis plus de temps.
Il faut encore parfois recadrer les choses, mais il y a de l’amélioration surtout depuis que cela se concrétise par la présence de clients.
 »

Elle a la chance de disposer d’un grand bureau fermé pour pouvoir s’isoler du reste de la famille, notamment le soir quand ses enfants rentrent de l’école et qu’elle travaille encore.

Reste la difficulté de « savoir arrêter de penser à son travail lorsque l’on est en famille ».

Ses conseils :

« Savoir s’organiser et optimiser le temps est essentiel.
Il faut aussi être clair dans son discours à la fois vis-à-vis des clients et de sa famille concernant les horaires ou disponibilités. Mais il faut aussi respecter ses engagements afin que les autres en fassent autant.
Il faut avoir posé les choses notamment avec son conjoint et qu’il soit d’accord avec vous, afin de vous soutenir sans se sentir lésé.
Une dernière chose importante : quand on travaille, il ne faut pas rapporter ses soucis familiaux avec soi. Inversement quand ce temps est fini, savoir apprécier sa vie de famille, avoir une vie sociale normale, faire des sorties, voir ses amis...
 »

- Catherine -

Catherine PIVAIN a 37 ans et habite en Loire-Atlantique.

Elle a lancé Cathy Burotic en avril 2013, après la mutation de son mari dans la région, et fait de la prospection, du suivi commercial et de l’administratif depuis son domicile.

Elle a deux filles de 12 et 9 ans qui vont à l’école de 8 h 30 à 17 h, sauf le mercredi où elles sont à la maison.
Pendant les vacances, elles ont la possibilité de partir chez leurs grands-parents.

Avant d’investir dans un grand bureau, Catherine avait « fait l’erreur de travailler sur la table de la salle à manger » pour pouvoir surveiller ses filles, mais elle était trop souvent dérangée et n’arrivait pas à se concentrer avec le bruit.

« Le fait d’être à la maison, peut vite vous faire basculer devant la télévision, dans le jardin s’il fait beau ou gérer les tâches ménagères de la maison. »

Catherine a dû s’imposer un rythme de travail « rigoureux et strict », « comme si j’étais dans une entreprise ».

Il lui a fallu également faire comprendre qu’elle « travaillait » à la maison et qu’elle ne pouvait pas être dérangée pendant ses horaires de travail.

« C’est difficile de faire comprendre que l’on travaille même si on est à la maison. Tout particulièrement mes filles, qui venaient m’interrompre à chaque fois qu’elles avaient des besoins. Nous avons donc posé ensemble des règles de respect du travail et depuis les choses sont rentrées dans l’ordre.
Quant à mon mari, il a énormément de mal à s’y faire. Il ne supporte pas le fait que je n’ai pas un salaire fixe tous les mois et que comme tout le monde j’aille travailler à l’extérieur du domicile. Mais, je suis confiante, c’est le temps de s’y faire
. »

Ses conseils :

« Je pense qu’il faut avoir une pièce au calme, rien que pour son activité, car quand on y rentre on sait que c’est pour travailler et qu’on n’ira pas faire autre chose (ménage, lessive…).
Il faut aussi se fixer des horaires comme dans une entreprise afin de prendre le temps de souffler et de déjeuner le midi.
Pour être bien organisée, je me fais un planning tous les soirs, des tâches que j’ai à faire le lendemain
. »

- Ludivine -

Ludivine CORBEAU a 34 ans et habite dans le Morbihan en Bretagne.

JPEG - 23.2 ko

Elle a lancé Lud’Assistance Bureautique en juillet 2013.
Spécialisée en saisie et en permanence téléphonique, elle propose plus généralement des prestations en secrétariat administratif et commercial uniquement à distance.

Mariée, elle a 3 enfants qui sont scolarisés.

Ludivine essaie de se préserver une pause déjeuner pour pouvoir récupérer ses enfants le midi.
Elle s’organise également avec son mari et la famille pour leur éviter d’aller à la garderie tous les soirs. C’est aussi une question de coût.

Elle bénéficie d’une pièce spéciale pour son activité où elle peut aussi recevoir ses clients grâce à un accès sur l’extérieur.

La difficulté est surtout de parvenir à faire une coupure entre le travail et la vie familiale…

« Il est toujours tentant d’aller consulter ses mails le soir avant d’aller se coucher par exemple… »

Et de faire comprendre à son entourage qu’on n’est pas toujours disponible, même si on est à la maison :

« L’entourage a eu un peu de mal à comprendre comment je pouvais passer autant de temps sur mon ordinateur alors que je n’avais pas de clients ! Mais la prospection ne se fait toute seule… Et j’ai fait beaucoup de recherches. Maintenant au fur et à mesure les choses ont évolué ! Mais l’entourage a toujours du mal à comprendre que même si je suis à la maison la journée, je travaille ! Il m’arrive souvent de recevoir des appels de ma famille en pleine journée pour "papoter" mais je n’ai pas toujours le temps pour discuter… »

Ludivine met l’accent sur l’importance de l’organisation :

« Mon meilleur conseil serait d’avoir une organisation en béton ! Le travail c’est le travail, après il y a la vie de famille. Il faut savoir faire la part des choses. Et cela a été très difficile pour moi au début ! L’angoisse de ne pas trouver mes premiers clients a fait que j’ai passé beaucoup de temps à mon bureau, au détriment de ma vie de famille. Je ne le regrette pas particulièrement, car nous n’avons pas rien sans rien ! Il faut savoir faire quelques sacrifices… Mais maintenant, je souhaite bien séparer les deux. Ce n’est pas parce que je travaille à la maison que je dois avoir mon PC sur les genoux 24h /24 et mon casque sur les oreilles en mangeant ! »

Attention cependant au sentiment de culpabilité :

« Il ne faut pas croire que l’en travaillant à domicile ce sera plus facile surtout quand on a des enfants ! Parfois, je trouve cela même plus difficile, car il m’arrive souvent de culpabiliser de les laisser à la cantine ou à la garderie alors que je suis à la maison ! Mais si je travaillais à l’extérieur, et bien je n’aurais pas le choix ! Je ne connais pas beaucoup de mamans, qui sont salariées et qui arrivent à être à 16 h 30 devant l’école ! »

- Bénédicte -

Bénédicte GOUDEMAND a 45 ans et vit dans le Pas-de-Calais.

Elle a lancé e-Secrétariat en mars 2012, et propose des prestations d’assistance administrative et commerciale, de retranscription audio, d’organisation, ainsi que la création d’outils de communication et de sites internet.

Mariée, elle a 4 enfants, tous scolarisés, « (son) petit dernier seulement depuis la rentrée 2013/2014, ce qui a nettement amélioré (ses) conditions de travail ».

Les vacances scolaires restent un problème.

Par ailleurs, le manque de place à la maison ne permet pas à Bénédicte de disposer d’une pièce dédiée à son activité, mais le projet est en cours…

En ce qui concerne le travail à domicile et l’entourage, elle a encore du mal à faire respecter son temps de travail.

« Les choses s’améliorent, mais il y a encore du chemin. Il m’arrivait de devoir travailler le soir pendant que tout le monde était couché pour être à 100 %. C’est moins souvent le cas, heureusement. J’améliore mon organisation, mon efficacité en planifiant tout. On devient manager, non pas d’une équipe, mais de son temps. »

La difficulté est aussi de mettre des barrières entre vie professionnelle et vie familiale, notamment quand les habitudes sont ancrées.

« J’ai toujours été très disponible pour mes enfants et mon époux. Ceci a permis d’apporter une qualité de vie non négligeable puisque moins de frais de garde, pas de cantine (pour 4 enfants, le budget est vite mis à mal), et mon époux a pu profiter de cette disponibilité pour travailler sur la prospérité de sa propre activité. Maintenant que je me suis installée à mon compte, les petites habitudes ont beaucoup de mal à être chamboulées. Je dois concilier le tout. »

Pour Bénédicte, les choses se mettent en place, presque naturellement, avec l’expérience et la récurrence des clients…

« Lorsque l’activité démarre doucement, il est facile de s’organiser, mais lorsque l’activité prend un essor plus rapide, on peut ne pas être prête à cette organisation.
Il faut savoir mettre à plat, différencier ce qui est urgent de ce qui ne l’est pas... Les choses se mettent en place, presque naturellement, avec l’expérience et la récurrence des clients. Cette récurrence permet de s’organiser, de planifier, mais il faut laisser du temps, dans son planning, pour les imprévus, les clients ponctuels, les urgences. Il faut savoir s’adapter et déléguer. Il m’arrive (contrairement à mes débuts) de sous-traiter afin de garder du temps pour ma famille.
 »

- Edwige -

Edwige DUDON GILLES a 43 ans et habite Bollène dans le Vaucluse.

Elle a créé SOS Secretariat Office Online en août 2008 et propose principalement de la permanence téléphonique, ainsi que des prestations de secrétariat à distance.

Mariée, elle a 2 enfants, un fils de 16 ans qui est actuellement pensionnaire, et une fille de 9 ans qui va à l’école ou au centre aéré pendant les vacances scolaires.

En cas de besoin, ses parents ou beaux-parents sont heureux de pouvoir prendre le relais et s’occuper de leurs petits-enfants.

Elle dispose d’un bureau dédié à son activité.

Comme beaucoup d’autres, Edwige a rencontré certaines difficultés lors de son lancement :

« J’ai été soutenue, mais quelquefois il y avait des réticences, car beaucoup de prospection avec peu de chiffres d’affaires en fin de mois !! »

Aujourd’hui, sa famille respecte tout à fait son temps de travail qui pourtant n’est pas des moindres, puisqu’elle est à son bureau de 8 h 30 à 19 h le soir, plus le samedi matin.

Ses conseils :

« Je pense qu’il faut savoir se fixer des limites, et c’est ce que j’ai appris à faire au fil du temps. Au début, j’étais sans cesse en train de travailler. Je n’avais pas de "barrières" entre vie personnelle et vie professionnelle. Il n’était pas rare de me voir au bureau vers 22 heures pour la poursuite de création de fichiers de prospection. Mais il a fallu à un moment donner stopper. »

Son succès repose aussi sur le fait d’être parvenue à se constituer une équipe de travail :

« J’ai su également me constituer une équipe de collaborateurs/collaboratrices sur laquelle je peux compter. Ce qui fait que je peux également m’occuper de ma famille qui elle aussi a tout autant besoin de moi. »

Et vous, arrivez-vous à vous occuper de vos enfants tout en travaillant à la maison ou avez-vous adopté un mode de garde pour vous libérer pendant la journée ?

Crédits photo : Pekka Isomursu + Télésecrétaires

Commentaires
Le mardi 25 mars 2014 à 09h27

Article très intéressant, finalement je me rends compte qu’on a toutes les mêmes problématiques avec des enfants en bas âge. Pour ma part, plus les mois avancent et moins je peux travailler avec mon fils à la maison. J’avais au départ gardé mes lundis et vendredis pour rester à la maison avec lui, mais j’ai toujours des demandes ces jours-là (pour des clients récurrents, difficile de refuser) et cela devient compliqué. A la rentrée, je vais demander un jour de garde supplémentaire et m’organiser autrement, en gardant un jour dans la semaine qui sera vraiment Off ! (mes clients seront prévenus, plus de dérogations). Je vois bien dans cet article que la clé est l’organisation et de bien faire comprendre à l’entourage que oui on est à la maison, mais pour travailler !!!!!

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Répondre à ce message ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
Le jeudi 7 avril 2016 à 18h03

Ce site et tous ces commentaires sont très utiles et très réalistes.
Je souhaite me lancer dans le secrétariat à domicile à partir de la rentrée prochaine. J’ai 4 enfants : 18, 15 et des jumeaux de 5 et demi qui rentrent au CP l’année prochaine.
Après avoir lu tous ces commentaires et fais un "petit" tour sur ce site, je me rends compte, qu’effectivement, tout résume sur un seul mot : L’ORGANISATION.
Là où je me questionne le plus, c’est comment quantifier la charge de travail sans se faire dépasser et pouvoir respecter les délais des clients.
Je suis très intéressée pour me lancer dans ce projet, mais j’avoue que j’ai du mal à savoir par ou commencer...
J’attends avec impatience vos précieux conseils.
Merci encore pour ce site si précieux !

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Répondre à ce message ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
Laisser un commentaire
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)