Seuls 3% de vos fans voient vos posts sur Facebook : que faire ?
Publié le mardi 23 avril 2019 par Celine Lieffroy | 1 commentaires
Classé dans : Trouver des clients - Communication - Réseaux sociaux -

Très nombreuses sont les secrétaires indépendantes, et les freelances en général, qui communiquent via Facebook.
Or, je constate que peu obtiennent de résultats par ce canal.
Aussi, je me pose la question : est-ce vraiment pertinent pour nos activités ?

Il faut dire que les pages n’atteignent plus que 3% de leurs abonné.e.s sur Facebook...
Chacun.e suit de plus en plus de pages, de personnes, de groupes, alors que nous avons de moins en moins de temps...

Facebook met en avant le contenu supposé apporter le plus de valeur aux internautes.
Sur quels critères ?

Booster son engagement sur Facebook pour augmenter sa visibilité

Il est communément admis que le critère principal de visibilité est celui de l’engagement.

Qu’est-ce que l’engagement ?

  • Commenter, aimer et partager vos contenus
  • Lire vos articles, regarder vos vidéos…
  • Cliquer sur vos liens…

Facebook va valoriser les contenus qui suscitent le plus d’engagement et d’interactions, comme supposés être les plus pertinents et intéressants pour les internautes.

Ainsi, un post n’ayant entraîné aucune réaction de la part de vos fans sera considéré comme inintéressant par Facebook qui ne le montrera qu’à une infime partie de votre audience (environ 3%)…

Plus les réactions et l’engagement seront importants, plus votre post sera montré à un grand nombre de fans (jusqu’à 20% environ).

Pour aller au-delà, il faudra passer par de la publicité.

Comment booster votre engagement sur Facebook ?
C’est la question que je me propose de traiter dans cet article…

Pourquoi êtes-vous sur Facebook ? À qui parlez-vous ?

Celles qui me connaissant, pour être membres du forum des secrétaires indépendantes, ou parce qu’elles se sont inscrites à mon programme gratuit d’auto-diagnostic de leur démarche commerciale, savent que je commence toujours par ces questions.

Sans cela, inutile d’aller plus loin !
En effet, comment imaginer atteindre un but sans en connaître l’objectif ?
Comment vouloir être entendu.e, si on ne sait pas par qui ?

Je vous propose donc de commencer par répondre à ces questions…
Et j’en ferais de même pour illustrer mes propos, à partir de la page Facebook de Croquefeuille.

Pourquoi avez-vous choisi d’investir du temps dans votre communication sur Facebook ?...
Pourquoi Facebook plutôt qu’un autre canal, comme LinkedIn ?...
Qu’attendez-vous de cet investissement ? Quel est votre objectif ?...
À qui parlez-vous ? De quoi ?...

La question de la cible est importante.

Souvent, lorsque j’échange avec des secrétaires indépendantes, celles-ci se refusent à cibler ou segmenter leur clientèle.

Or, on ne parle évidemment pas de la même manière à un médecin dérangé par des coups de fil intempestifs durant ses consultations, qu’à un artisan du BTP qui peinent à remporter des appels d’offres, ou encore à un secrétaire de CSE (ex-CE) qui souhaite externaliser la rédaction de ses comptes rendus !

Les sujets qui intéresseront l’un n’intéresseront pas forcément l’autre…

Certaines, polyvalentes, s’adressent à une clientèle plutôt locale, qu’elles sont susceptibles de rencontrer près de chez elles (ce qui ne les empêche pas de travailler à distance).
Là, cela peut avoir su sens…

En tout cas, il conviendra de cibler et de spécifier la cible à laquelle vous parlez.

Pourquoi ?
Parce qu’il va falloir trouver des sujets de conversation susceptibles d’intéresser cette cible !

Imaginiez-vous ne parler que de vous ?
Qui s’abonnerait à une page pour n’entendre parler que de vous, pour lire de la publicité ?

Non, vous n’allez pas pouvoir ne parler que de vous, de votre projet, de votre parcours, de vos valeurs…

Vous n’allez pas non plus pouvoir ne publier que des blagues ou des vidéos de chats, même si on sait que ce type de posts suscite un très fort engagement !
Mais nous sommes d’accord, cela n’aura rien à voir avec votre projet et ce pourquoi vous investissez votre temps sur Facebook…

Alors de quoi allez-vous pouvoir parler ?

Définir votre ligne éditoriale sur Facebook

Si vous ne l’avez pas fait, je comprends qu’il soit compliqué pour vous de trouver toujours de nouveaux sujets à aborder sur votre page.

À chaque fois, vous devez vous casser la tête pour trouver quoi publier…
Vous le faites même peut-être sans grande motivation, et sans trop croire que cela puisse amener un quelconque résultat, juste parce que vous pensez qu’il faut être présent.e sur Facebook…

C’est dommage !

  • D’une part, parce que c’est pénible.
  • D’autre part, parce qu’en effet, cela risque d’apporter peu de résultats.
    (D’ailleurs, vous pouvez aussi me contredire en apportant votre témoignage en commentaire de cet article !)

Qu’est-ce qu’une ligne ou charte éditoriale ?

Il s’agit justement de savoir 1° de quoi vous allez parler et 2° de quelle manière vous allez aborder ces sujets-là…

Cette ligne dépendra évidemment :

  • De vos objectifs et de vos attentes (en tant que secrétaire freelance)
  • De votre cible (et des sujets qui l’intéressent)
  • De votre personnalité et de vos valeurs

L’idée est bien :

  • de rester vous-même, de ne pas sur-jouer, de ne pas vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas…
  • Mais aussi de montrer ce que vous faites, de parler de vos expériences et domaines d’expertise, d’illustrer vos compétences…
  • Enfin, de créer du lien avec les gens que vous voulez toucher, de donner des occasions d’échanges, de rencontres, pour aller plus loin, en favorisant l’inter-connaissance (et le préfixe inter est important)…

L’idée n’est pas de parler pas toute seule sur Facebook…
Sinon, c’est normal que personne ne vous entende !

Globalement, l’objectif est bien de vous positionner comme prestataire, comme une spécialiste susceptible d’apporter des solutions concrètes aux problèmes rencontrés par vos prospects : il ne suffit pas de le dire, il faut le montrer à travers vos publications…

Mais au-delà de ça, l’idée est aussi de créer du lien et de l’attachement avec les personnes qui vous suivent.
C’est ce lien qui les incitera à faire appel à vos services ou à les recommander…

Ce lien doit être singulier et spécifique.
Votre manière de communiquer, votre voix, ne doit pas pouvoir être confondue avec celles des « autres ».

Comment ?
Votre singularité et vos spécificités s’appuient sur un ensemble de 3 choses :

Vos personas, c’est-à-dire les personnes auxquelles vous parlez, qui sont elles-mêmes spécifiques.
À qui est-ce que je parle ? Qu’est-ce qui les intéresse ? Qu’est-ce qu’ils attendent de moi ?...

Votre mission, ou votre promesse :
Pourquoi est-ce qu’ils devraient me suivre ? Qu’est-ce que je vais leur apporter ? À quoi est-ce que je m’engage ?...
C’est une sorte de contrat implicite qu’il ne faudra pas décevoir.

La tonalité de la page est intimement liée à vos valeurs et à votre personnalité.
Ce sont les adjectifs que vous allez utiliser dans votre communication pour être au plus proche de votre persona, en fonction de votre mission, tout en étant cohérente avec votre personnalité.
La tonalité peut-être très personnelle, très humble ou se la péter grave !...

Par exemple, la page Croquefeuille

Dans mon cas, j’avais créé ma page, en 2012. Pourquoi ?

À cette époque, ma cible était composée des secrétaires indépendantes susceptibles d’être intéressées par le contenu du blog. Elles investissaient massivement Facebook.
Il fallait que j’y sois !

Mon objectif alors était d’augmenter le trafic du blog, et ça marchait très bien.
À ce moment-là, environ 30 % de mon trafic provenait de Facebook.
Il me suffisait de poster mes liens de temps en temps. Nous étions alors peu à communiquer professionnellement sur Facebook, et il n’existait rien (ou quasi rien) sur ma thématique…

Aujourd’hui, les choses ont bien changé !
Facebook m’apporte peu de trafic (8% de mon trafic global).

Ma cible est toujours composée de secrétaires indépendantes, mais aussi de celles et de ceux qui veulent le devenir…
Elle est toujours très présente sur le réseau, mais très dispersée entre une multitude de centres d’intérêt, de groupes, de pages…

Je n’ai plus d’attentes très précises vis-à-vis du réseau, mon objectif est simplement de continuer à exister sur Facebook.
Google continue de m’apporter la majorité de mes nouvelles lectrices, et ma stratégie de développement passe plutôt par LinkedIn.

En revanche, je peux me servir de ma page pour trouver des idées d’article ou des témoignages pour contribuer au blog.
Les statistiques proposées par Facebook sont aussi une source d’information importante pour moi. J’en reparlerai.

Au final, je consacre très peu de temps à Facebook dans ma démarche commerciale.
Ce n’est pas, en ce qui me concerne, un canal prioritaire.

Les sujets que je partage avec ma cible sont liés au métier de secrétaire indépendante et au fait de se lancer à son compte, comme freelance.
Mon objectif est plutôt de l’ordre de la veille sur des sujets qui potentiellement les intéressent.

Ma tonalité est plutôt respectueuse et réservée, en miroir de mon caractère.
Pas d’effet « waouh » sur Croquefeuille, mais j’essaye toujours d’apporter une valeur ajoutée, au regard de ce que je perçois des attentes de ma cible.

De quoi parler sur votre page Facebook ?

Vous l’aurez compris, il conviendra de publier sur des sujets :

  • qui intéressent votre cible
  • qui concerne votre ou vos domaines de compétences

Normalement, vous auriez dû commencer votre projet par une étude du marché, justement pour mieux connaître vos futur.e.s client.e.s et leurs problématiques.

Si vous en avez fait l’économie, il va falloir vous y mettre !

Parfois, vous connaissez déjà très bien vos cibles, parce que cela fait déjà des années que vous travaillez dans ce secteur.
Vous étiez secrétaire médicale, secrétaire juridique
Cela fait peut-être déjà 10 ans que vous travaillez dans le secteur du BTP, que vous répondez à des appels d’offres, ou que vous êtes membre d’un CHSCT…

Dans ce cas, vous connaissez déjà les sujets et les problématiques de votre secteur.
Il ne vous reste plus qu’à les exploiter.

Si vous investissez de nouveaux secteurs que vous ne connaissez pas très bien, il faudra vous intéresser plus spécifiquement à chacune de ces cibles :

Qu’est-ce qui peut les intéresser ?
Quels sont les problèmes les plus couramment rencontrés ?
Quelles sont les problématiques et actualités du secteur ?...

Si votre cible est avant tout locale, il faudra vous focaliser sur les sujets locaux qui intéressent la communauté des entrepreneurs sur place, comme les rencontres, les réseaux et manifestations locales, et plus globalement les problématiques entrepreneuriales…

Dans mon cas, la page Croquefeuille va aborder :

  • Des témoignages de secrétaires indépendantes
  • Des sujets propres à la profession (spécialités, réglementation, etc.)
  • Des sujets plus généraux sur l’entreprenariat : créer et développer son activité freelance, la productivité…
  • Des outils susceptibles de les intéresser…

Je peux aussi aborder des sujets connexes qui m’intéressent à titre personnel, comme l’égalité femme-homme, l‘écriture inclusive, les coopératives et coopérations…
Ceux-ci pouvant potentiellement intéresser ma cible.

En revanche, je ne vais pas parler :

  • De sujets connexes, comme le e-commerce, qui n’intéresseraient pas ma cible
  • D’évènements locaux, car je ne saurais pas comment les choisir ou les filtrer : ne pouvant pas parler de tous, je parle d’aucuns (sauf exception, comme les évènements auxquels je vais).

Car définir sa ligne éditoriale, c’est aussi savoir se limiter et rester focus sur les sujets les plus pertinents pour sa cible.
Le reste pourra être publié, par exemple, via votre profil personnel.

Où trouver des idées pour publier sur Facebook ?

Nous avons beau connaître notre cible et nos secteurs d’activités, nous sommes parfois en peine de nous renouveler ou de trouver de nouvelles idées.

Les idées peuvent venir de partout :

En premier lieu, de votre propre expérience du secteur.

Je suis certaine que si vous ouvriez une page blanche, et simplement en vous posant la question des sujets qui intéressent potentiellement votre cible, vous en trouveriez au moins une vingtaine…

Bien sûr, vous pouvez y revenir, car ce sont les idées les plus « simples » – mais pas forcément les moins bonnes – qui vous viendront en premier…

Ensuite, ces idées pourront venir de vos échanges avec votre cible, des questions que vous posent vos prospects, de réflexions entendues lors de rencontres réseaux, sur lesquelles vous pourriez rebondir, pour y répondre ou partager votre avis sur la question…

Par exemple, de la pertinence de sous-traiter sa relation clientèle à l’étranger, de la difficulté à sous-traiter son administratif à distance, ou plus globalement sur les différentes objections entendues chez vos prospects…

Le fait de rejoindre des groupes ou des forums qui rassemblent vos cibles pourrait vous aider à identifier leurs questions et problématiques.

Ainsi, dans mon cas, je m’appuie souvent sur les questions posées via le forum des secrétaires indépendantes.

Je participe aussi ponctuellement, mais depuis longtemps, au forum de Gautier Girard, dédié à l’entreprenariat, et sur lequel interviennent régulièrement des secrétaires indépendantes qui se lancent…

Il existe aussi des outils qui recensent les questions que se posent les internautes dans des domaines précis.

Personnellement, je ne les utilise pas, mais je vous les mets, si ça vous amuse…

Le site 1.fr :
Par exemple, sur le mot-clé « appel d’offres », voici les premières questions qui ressortent :

Comment répondre à un appel d’offres ?
Où lancer un appel d’offres ?
Comment lancer un appel d’offres ?
Comment remporter un appel d’offres ?
Comment répondre à un appel d’offres ?...

Sur le site AnswerThePublic, les résultats apparaissent sous la forme d’un dessin :
(Pensez à changer la langue...)

Pour vous faciliter la tâche dans la durée, vous pourriez mettre en place un système de veille  :

Via les alertes Google, notamment.
Encore faut-il que les mots-clés retenus soient précis, au risque de crouler sous des résultats non pertinents…

En vous inscrivant à des lettres d’information dans vos secteurs d’activités.
Dans mon cas, je suis notamment abonnée aux lettres de :

  • BPI-France (ex-APCE)
  • Bercy infos Entreprises
  • La chambre de commerce de Paris
  • Compta online…

Mais également à celles de tout un tas de blogs et sites sur des sujets aussi variés que : la communication, la communication digitale, Facebook, WordPress, le SEO, la bureautique, les reconversions professionnelles…
Ainsi qu’aux blogs de mes consœurs, quand elles ont un système d’abonnement…

Grâce à un système comme Feedly – que je n’utilise pas, mais qui peut être utile –, vous avez la possibilité d’agréger vos différentes sources d’informations à un seul endroit…

Pour compléter, vous pouvez bien sûr vous abonner aux pages Facebook s’adressant aux mêmes cibles que vous, pour vous inspirer de leur manière de communiquer, en l’adaptant bien sûr.

Enfin, je vous propose encore deux outils dont il peut m’arriver ponctuellement de me servir :

Buzzsumo vous permet de connaître les articles les populaires d’un site ou d’une thématique, en fonction des interactions sur les réseaux sociaux…

Pour cela, il suffit de taper l’URL du site ou la thématique dans la barre de recherche…
(Pensez juste à changer la langue sur la colonne de gauche)


Google Keyword Planner indique les mots-clés les plus recherchés, à partir d’un site web ou d’une thématique
.
Si vous pensez à d’autres moyens de trouver des idées, je serais ravie que vous complétiez cette liste en commentaire de l’article !

Adoptez un calendrier éditorial pour plus de régularité

En effet, il ne s’agit pas de publier au moment où les idées vous passent par la tête…
Vous risqueriez de fatiguer vos fans en publiant trop d’affilée, puis de vous faire oublier en ne postant plus…

Sur les pages Facebook, nous avons la chance de pouvoir planifier nos publications, servez-vous de cette fonctionnalité !

En fonction de votre assiduité sur le réseau, vos publications pourront être plus ou moins fréquentes.

Je n’ai pas d’avis sur la question.
Pour ma part, j’essaye de poster une fois par jour…

Cela peut être plus, ou moins, mais l’important est de le faire régulièrement.
Par exemple, tous les lundis…

Le fait de planifier vos publications vous permet de vous organiser comme vous le souhaitez…

Vous l’aurez compris, pour ma part, je consacre peu de temps à Facebook.
Je ne me connecte pas très souvent.

En revanche, j’épluche volontiers mes lettres d’info, le week-end, à mon rythme.
C’est à ce moment-là, le plus souvent, que je prépare mes posts Facebook sur une page Word.

Cela peut être un simple partage de lien, mais pas que…
Cela peut aussi être une réaction à ce que j’ai lu : ah bon, les micro-entreprises ne dégagent en moyenne que 450 euros de chiffre d’affaires mensuel ? Qu’en est-il dans mon secteur ?...
Cela peut être une image sympa que j’ai croisée ou une citation inspirante…

Ce n’est ensuite, environ une fois par mois, que je me connecte pour les publier.
Parfois, plus souvent quand je peux…

Il m’arrive de me connecter vite fait entre deux missions pour répondre aux commentaires quand il y en a, mais je ne le fais clairement pas assez souvent !

Le rythme de publication ou de vos connexions dépendra surtout de vos objectifs.
Si pour vous, il s’agit de convertir pour vendre, il faudra obligatoirement être plus assidue !

Une fois ces bases comprises : Pourquoi ? Pour qui ? Quoi ? Quand ?...
Voyons comment optimiser l’engagement sur votre page pour booster sa visibilité…

Comment tirer au mieux votre épingle du jeu face à des milliers de pages concurrentes à la vôtre ?
Quelques bonnes pratiques qui peuvent vous y aider, et que vous pourrez bien sûr compléter en commentaire…

Étudiez les statistiques de votre page Facebook !

  • Quelles sont les meilleures publications de votre page ?

Ce qui nous intéresse ici, c’est le taux d’engagement
Quels sont ceux de vos posts qui ont suscité le meilleur engagement sur les dernières semaines ?
Quel était le sujet du post ? Quelle était la forme du post ? Une citation, un sondage, une question, un lien… ?

Vous aurez évidemment intérêt à vous appuyer sur ce qui fonctionne le mieux, tout en continuant à tester à coté, bien sûr…
Il ne s’agit pas de publier la même chose tout le temps…

  • Quels sont les types de publications qui fonctionnent le mieux ?

La question est complémentaire.
Sur Facebook, vous pouvez publier des liens, des photos, des vidéos ou repartager des vidéos, qu’est-ce qui fonctionne le mieux pour votre audience ?

  • Quand publier ?

La question n’a pas de sens en tant que telle, mais elle en a au regard de votre audience…
Quand vos fans sont-ils présents sur le réseau ?
Quels jours ? Quelles heures ?...

  • Qui sont vos fans ?

Facebook vous fournit des informations sociodémographiques : tranches d’âge, répartition homme/femme, lieu et ville, langue…
Ce sont des données pas toujours faciles à exploiter, à moins que vous ne cibliez par exemple des étrangers anglophones expatriés…

  • D’où viennent les mentions J’aime ?

Quand les gens aiment-ils votre page ?
Est-ce régulier ou est-ce qu’il y a des pics ?
S’il y a des pics, c’est à quelles occasions ?

Facebook indique différentes sources d’acquisition :

  • Votre Page
  • La recherche
  • Les suggestions
  • Le fil d’actualité…

Inspirez-vous des pages qui touchent le même public que vous

Facebook vous permet de « surveiller » cinq pages sur le réseau.
Cela vous permet aussi de vous situer par rapport à elles.

Vous y verrez les dernières publications et l’engagement qu’elles ont suscité.

NB : Cette fonctionnalité n’est ouverte qu’à partir de 100 fans.

L’idée est de vous inspirer de ce qui fonctionne chez les autres, de ce qui fait réagir votre cible et de l’adapter ensuite à votre ligne éditoriale.

Dans mon cas, je n’aime pas spécialement le site auto-entrepreneur.fr qui se fait passer pour un site officiel tout en proposant de payer pour des services normalement gratuits.
Néanmoins avec près de 60.000 fans, je ne peux pas l’ignorer…

Je suis donc attentive aux sujets qui suscitent le plus d’engagement sur leur page et les reprends volontiers pour les intégrer à ma ligne éditoriale…

Privilégiez la qualité à la quantité !

>> Pour chacun de vos posts, gardez en tête votre objectif.
Pourquoi ce post ? Qu’attendez-vous comme manifestation d’intérêt de la part de vos fans ?...

>> Les posts avec visuels sont deux fois plus partagés, et ils sont 40 fois plus susceptibles de recevoir de l’engagement…

>> Les posts natifs (qui restent sur la plateforme) prennent de plus en plus d’importance, au détriment de ceux qui renvoient à l’extérieur.
Cela peut être des questions, des sondages, des conseils sous forme de listes, des vidéos live…

>> Poser des questions permet d’augmenter l’engagement.

>> Vous pouvez interpeller les gens en les taguant avec @, mais sans en abuser, car cela peut aussi agacer quand c’est fait à mauvais escient.

>> Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les longs posts – pour peu qu’ils apportent de la valeur – peuvent amener beaucoup d’interactions…

>> Les émotions font réagir, parce que vous êtes choquée, en colère, triste ou ravie…
Les emojis peuvent aider à montrer rapidement une émotion.
Attention à ne pas en abuser…

>> Surfez sur l’actualité, surveillez le calendrier
Profitez de ces évènements pour les personnaliser avec une offre spéciale adaptée…

>> Enfin, allez chercher votre cible là où elle est, et interagissez !
Cela peut être sur les différents groupes spécialisés, mais également dans les réseaux locaux.
Créez du lien, apprenez à les connaître, et invitez-les à vous rejoindre sur votre page…

En résumé, arrêtez de vous vendre, mais ne vous oubliez pas !

Une page Facebook ne peut pas servir à parler uniquement de vous.
Il faut intéresser vos prospects via ce qui les touche et les préoccupe…

Cela dit, pour créer du lien, il faut être deux, alors ne vous oubliez pas et n’oubliez pas votre objectif…

Si vous voulez booster l’engagement de votre page, ce n’est pas pour passer le temps, mais pour augmenter votre visibilité et faire la promotion de votre activité et de vos services.

  • Restez focus sur votre expertise, ne vous dispersez pas
  • Pensez à optimiser votre page
  • Racontez votre histoire, là où vous en êtes dans votre projet, dites quelles sont vos attentes
  • Publiez des cas clients, des témoignages, montrez qu’on peut avoir confiance
  • Rappelez toujours vos coordonnées, on ne doit pas avoir à les chercher…

Jusqu’où peut-on aller ?
C’est à vous de le mesurer, mais je pense que 20% de vos publications, c’est-à-dire une sur 5, peuvent être dédiées à parler de votre activité…

La stratégie, c’est bien que de faire en sorte que les gens vous suivent pour vous voir, apprennent à vous connaître et fassent appel à vous en cas de besoin, ne l’oubliez pas…

Et vous, quelle est votre expérience en tant que prestataire sur Facebook ?
Arrivez-vous à créer du lien, de l’engagement, à trouver des clients ?
Votre témoignage m’intéresse !
Vous pouvez le partager en commentaire ou en me contactant directement…

Commentaires
Le dimanche 5 mai 2019 à 08h20

Très bon article, complet et bien écrit, merci Céline.
Je suis en train de revoir mes publications, car je fais de la veille essentiellement sur des sujets qui me tiennent à cœur et qui pourraient intéresser d’autres lecteurs, mais j’ai souvent peu de retours.
Donc zou, en 2019, je revois cela.

:::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Répondre à ce message ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::
Laisser un commentaire
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Lettre d'information

Inscrivez-vous à la lettre de Croquefeuille en remplissant ce formulaire :

Prénom :
Email *  :
* champ obligatoire.

Les plus lus
Publication
Mots-clefs
Les auteurs