L’association entre deux secrétaires indépendantes : SAS Ad & Co’
Publié le dimanche 2 décembre 2012 par Celine Lieffroy | 0 commentaires
Classé dans : S’associer -

Toujours curieuse de retours d’expérience sur la manière de développer son activité de secrétaire indépendante, j’ai demandé cette fois à Sylvie QUANG et Audrey GRANCHAMP, de témoigner pour Croquefeuille de leur association et de la création de la SAS Ad & Co’, Gestion administrative & commerciale externalisée.

Pour ce faire, elles ont bien voulu répondre à quelques-unes de mes questions et je les en remercie.

Pouvez-vous vous présenter rapidement, ainsi que votre parcours (formation et expérience) ?

AG : J’ai 31 ans et un BTS Assistante de Gestion Pme-Pmi que j’ai effectué en alternance. J’ai travaillé dans différents domaines d’activités en tant que salariée : automobile, imprimerie, transport, bâtiment, cabinet comptable… Je garde de ses expériences de très bons souvenirs ! J’ai eu la grande chance de toujours travailler avec des gens incroyables qui m’ont appris énormément, tant sur le plan personnel que professionnel.

SG : J’ai 34 ans et un Bac Professionnel d’Administration, Commercial et Comptable. J’ai commencé par un apprentissage de 2 ans au sein d’un grand groupe de cabinet comptable où j’ai pu acquérir les connaissances indispensables à la gestion d’une entreprise. Après mes 2 ans d’apprentissage, j’ai eu la chance de trouver rapidement un CDI dans une PME où j’ai été « multi casquette » pendant 10 ans.

Quand et pourquoi avez-vous souhaité vous mettre à votre compte comme secrétaire indépendante ?

AG : Je suis d’une nature très indépendante et curieuse. J’ai toujours eu l’objectif de me mettre à mon compte un jour, mais l’idée de me lancer dans le domaine de l’administratif est arrivée assez tardivement. À ce moment-là, j’étais salariée en région parisienne et j’adorais ce que je faisais ainsi que les personnes avec lesquelles je travaillais. Il était donc hors de question pour moi de tout lâcher à ce moment. Puis mon mari a obtenu sa mutation pour Toulouse en 2009 et ce fut pour moi l’opportunité inespérée !

SQ : Lorsqu’Audrey s’est créée, je l’ai énormément soutenue et enviée. Le licenciement a été pour moi l’opportunité de me lancer comme secrétaire indépendante.

Quel statut aviez-vous alors choisi ?

AG : Après plusieurs mois de préparation, je suis entrée en couveuse d’entreprises en mars 2010.

SQ : Suite à l’expérience d’Audrey en couveuse, j’ai suivi ses conseils et je suis entrée en couveuse en janvier 2011.

Quels étaient alors vos objectifs ?

AG : Quoi que j’aie pu faire dans ma vie mes objectifs ont toujours été les mêmes : m’épanouir dans ce que je fais et pouvoir en vivre convenablement.

SQ : Mon objectif professionnel était d’être plus sereine, et personnellement d’être plus disponible pour mes enfants.

De quelle manière vous êtes-vous rencontrées ?

AG : Sylvie & moi nous connaissons depuis mon arrivée sur Toulouse en 2009. Je l’ai connue par le biais d’un groupe d’amis de la région parisienne venu s’installer sur Toulouse quelques années avant mon mari et moi. C’est donc avant tout une amie !

SQ : Effectivement, on se connait depuis 2009, une amitié s’est construite avant qu’Audrey se mette à son compte. Elle s’est confirmée car on s’est toujours soutenue personnellement et professionnellement, on n’a jamais été en concurrence.

Comment est née l’idée d’une association entre vous deux ?

AG : J’ai commencé à parler à Sylvie de mon manque de temps. Je lui disais que j’avais des idées de développement mais je me plaignais sans cesse d’être débordée. Je me suis vite rendu compte que toute seule je n’y arriverai pas ! J’ai donc commencé à lui parler d’une éventuelle association et après plusieurs semaines de questionnement (autant pour elle que pour moi) on a finalement décidé de franchir le pas.

SQ : Audrey me sous-traitait des dossiers qu’elle ne pouvait pas effectuer par manque de temps et moi, ça m’arrangeait. Elle a su me convaincre de nous associer. On a longuement réfléchi pour faire murir l’idée.

Comment ça s’est finalement passé ?

AG : Naturellement. Nous nous parlons au moins deux fois par jour par téléphone, nous communiquons continuellement par tous les moyens de communication qui puissent exister et nous nous voyons régulièrement. Nous avons fait nos choix d’un commun accord, tant sur la dénomination, le statut, et nous avons instauré une organisation où chacune sait ce qu’elle a à faire.

SQ : Très bien, nous avons chacune de notre côté fait des recherches pour connaître le statut qui serait le plus adapté à nos situations et avons fait un point pour se mettre d’accord.

Une telle association est-elle compliquée à mettre en place ?

AG : Nous étions plus que motivées ! Dans ce cas, les difficultés sont bien amoindries ! De plus, nous avons pris conseils auprès d’experts pour ne pas se tromper.

SQ : Complicité et motivation font que non, et heureusement car l’association ne se serait pas mise en place.

Avez-vous chacune des rôles spécifiques dans cette association ?

AG : Oui ! Chacune sait ce qu’elle a à faire et l’autre est là pour conseiller et épauler.

SQ : Nous savons ce que chacune doit faire et nous gardons le contact en permanence pour qu’aucun doute ne s’installe.

D’après vous quels sont les facteurs de succès d’une telle association dans l’avenir ?

AG : Indéniablement : notre complémentarité et notre complicité. Et surtout comme dit le dicton : « seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ».

SQ : Je rajouterai « La confiance » si je me suis associée avec Audrey c’est parce que c’est mon amie. Dans le pro, comme le perso, on se conseille. Je n’aurais jamais fait le pas si une autre SI me l’avait proposé même ayant déjà travaillé avec.

Pensez-vous que cette association est un avantage pour vos clients ?

AG : Bien sûr. Cela nous a permis de proposer des prestations plus étendues, de réduire nos coûts et surtout de prévoir des prévisions de développement bien plus ambitieuses à long terme.

SQ : Nos clients sont très contents et nous motivent, pour eux, nous sommes l’avenir du tertiaire en proposant des prestations indispensables pour le développement de leur structure.

Et pour vous, personnellement ?

AG : Je m’épanouis totalement dans mon habit de chef d’entreprise.

SQ : Personnellement, je suis ravie de ma nouvelle aventure et je me rends compte qu’Audrey a bien fait de me persécuter pour la SAS car c’est sûr qu’à 2, on avance mieux !

La SAS Ad & Co’ regroupe les marques Assist’Office et Médical Assist’.

Pour en savoir plus :

Profil Viadéo de Sylvie QUANG
Profil Viadéo d’Audrey GRANCHAMP

Commentaires
Laisser un commentaire
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)